Confinement

Durant le confinement, il n’y a personne pour répondre au téléphone, le dimanche de 10h30 à 14h30 et
tous les jours de 17h00 à 20h30. 
Nous vous invitons à appeler entre ces périodes de fermeture.
De même durant les grandes célébrations du Jeudi Saint et du Vendredi Saint, les après-midi il n’y aura pas d’accueil téléphonique. Merci. Bonne montée vers Pâques.

Publié dans Actualites | Commentaires fermés sur Confinement

Protection contre le COVID 19

En solidarité avec les dispositions demandées pour la protection,
et pour enrayer l’épidémie du virus,
en évitant de se rassembler et de sortir de chez soi, sauf nécessité impérieuse :

Les célébrations des offices au Monastère seront, durant cette période,

STRICTEMENT PRIVÉES, en particulier la MESSE DOMINICALE.

Nous restons pour autant en union fraternelle dans la prière.

Il en est de même pour les célébrations des Rameaux, de la Semaine Sainte, et de Pâques. Vous pouvez vous unir à la prière de la communauté en vérifiant à quelle heure nous les célébrons, mais nous sommes au regret de ne pouvoir vous accueillir physiquement.

Dans la joie de la fête de Pâques toute proche.

Publié dans Actualites | Commentaires fermés sur Protection contre le COVID 19

Cinquième Dimanche de Carême

La résurrection de Lazare, prélude la Passion.

La résurrection de Lazare, telle que nous la décrit Saint Jean, est pour Jésus une anticipation de sa passion, de sa mort et de sa propre résurrection.  Certains éléments bien connus des Récits de la Passion chez les Synoptiques ne s’y trouvent, pas, mais il y a quelques « parallèles » entre autres dans le texte que nous venons d’entendre.  En proposant ce texte johannique au cinquième dimanche de Carême, l’Église nous fait déjà entrer dans la Passion que nous célébrerons à partir de dimanche prochain. 

Si Jésus demeure encore deux jours où il était, Il lui fallut ensuite encore deux jours pour remonter à Jérusalem.  Pourquoi agit-il ainsi, alors qu’il affirme à ses disciples que « Lazare mon ami » est mort.  Jésus l’explique ensuite : pour que la gloire de Dieu soit proclamée et pour que vous croyiez

Jésus, sachant que sa tête est mise à prix, doit absolument faire comprendre à ses disciples que sa Victoire passera par la mort ignominieuse sur la croix mais que Dieu lui viendra en aide.  Il sait que la foi des disciples est encore bancale et que le scandale de la croix les fera vaciller.  C’est pourquoi, par la résurrection de son ami Lazare, Jésus donne un message fort à tous ceux qui sont rassemblés autour de Marthe et Marie.  En effet, Saint Jean précise que beaucoup de Juifs étaient venus de Jérusalem réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère.

Lorsque Jésus arrive près du tombeau, Il ne peut cacher son émotion.  Parmi ses opposants, certains ont vite fait de critiquer Jésus : Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ?  Et Jean continue : Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. Si Jésus est tellement pris par l’émotion, c’est d’une part par amitié pour Lazare, d’autre part parce qu’Il va faire un miracle retentissant, et enfin parce qu’Il va prier son Père de l’exaucer. 

Si on fait des parallèles avec les récits de la Passion chez les Synoptiques, l’angoisse de Jésus est décrite durant sa prière dans le Jardin de Oliviers avant son arrestation.  Les remarques cyniques des assistants sont exprimées au pied de la croix : qu’Il descende de la croix et nous croirons…   

Tout ceci permet de comprendre pourquoi Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé.   L’émotion de Marthe et Marie, la mort de son ami Lazare, l’émotion de la foule accourue pour entourer les deux sœurs.  Mais également émotion de savoir qu’Il ferait un grand miracle pour essayer, une dernière fois, de retourner les cœurs des Juifs toujours à l’affût pour Le faire tomber.  Jésus espère également conforter la foi de ses disciples.  Dans les deux cas, le résultat ne sera pas concluant…  ce qui renforce le bouleversement profond que Jésus vit à cet instant précis.

Jésus est monté à Jérusalem, sachant qu’il y serait mis à mort.  C’est dans ce sens précis qu’il faut comprendre l’expression chère à Saint Jean parlant de « l’Heure ».  Jusqu’ici les Juifs n’ont pas arrêté Jésus, parce que son Heure n’était pas encore venue.  Désormais Jésus sait que son Heure est arrivée.  Il sait également que la résurrection de son ami Lazare va confirmer les chefs du peuple dans leur décision de Le tuer.  Un peu plus tard, le sanhédrin décidera de tuer également Lazare puisque c’était à cause de lui qu’un grand nombre de Juifs croyaient en Jésus (Jn 12,11).

Un peu plus loin, dans ce même chapitre 12, Saint Jean rapporte la discussion que Jésus eut avec quelques Juifs de langue grecque.  À cette occasion, Jésus s’adresse encore une fois à son Père et s’écrie : maintenant mon âme est troublée, et que dirai-je ?  Père, sauve-moi de cette heure ?  Mais c’est précisément pour cette heure que je suis venu.  Père glorifie ton nom !  Et le Père répondit dans le tonnerre : Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore.  C’est la fin de la prière au Jardin de Gethsémani dans les Évangiles Synoptiques.  Ayant donc placé l’angoisse humaine de Jésus quelques jours avant le Dernier Repas et l’arrestation, Jean peut ensuite présenter Jésus comme le Maître des événements.  C’est ainsi qu’il faut comprendre l’interrogation de Jésus à la soldatesque venue l’arrêter : Qui cherchez-vous ? – Jésus de Nazareth ! – C’est moi !  Et tous de faire un pas en arrière tombant face contre terre en geste d’adoration.

Et plus loin, pour ne relever que quelques exemples de ce comportement « divin », le dialogue entre Jésus et Pilate : Ma royauté n’est pas de ce monde… Je suis né et je suis venu dans le monde, pour rendre témoignage à la vérité.  Et, pendant à la croix, voyant le disciple bien-aimé et Marie sa mère au pied de la croix, Jésus dit à Jean : Voici ta Mère, signifiant que Marie devint à ce moment précis la Mère de l’Église naissante. 

Enfin, lorsque le soldat perce le côté de Jésus et qu’il en sort de l’eau et du sang, chacun sait que Jean veut signifier ici que dans la mort de Jésus en croix naît l’Église avec ses sacrements du baptême et de l’Eucharistie.

Alors que nous sommes maintenant à une semaine du Dimanche des Rameaux et des célébrations de la Grande Semaine, demandons au Seigneur dans cette Eucharistie de nous combler de ses grâces et de vivre très proche de Lui alors que nous sommes contraints à un confinement physique. 

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2020 | Commentaires fermés sur Cinquième Dimanche de Carême

Solennité de l’Annonciation du Seigneur

Et le Verbe s’est fait chair.

Au message de l’Ange à Marie, celle-ci pose la question que tout le monde se poserait : comment cela va-t-il se faire ?  Dieu demandant à la Vierge de recevoir en son sein le germe de l’Enfant-Dieu à naître, la question est obvie de demander le comment.  Puisque je ne connais pas d’homme, précise-t-elle, ce qui veut dire qu’elle est vierge, seulement fiancée à Joseph comme le précise Saint Luc. 

Les naissances miraculeuses dans l’Ancien Testament furent toujours un don de Dieu à des couples âgés.  L’annonce faite à Marie est un don à une jeune fille dans la fleur de l’âge.  Si Dieu peut faire des miracles pour les premiers, Il peut également le faire pour la seconde.  D’autant que l’ange de Dieu précise quel est l’Enfant que Marie mettra au monde :
L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre.

Le miracle est plus grand que de voir une femme âgée enfanter, puisque pour Marie il n’y a pas l’intervention de Joseph.  Et l’ange de continuer l’explication :
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
et il sera appelé Fils de Dieu.

  Saint Paul, dans l’Épître aux Philippiens, affirme :
Le Christ Jésus, étant de condition divine,
ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu,
mais il s’anéantit lui-même, en prenant la nature humaine… (Ph 2,6-7)

C’est le péché des anges déchus et le péché de nos premiers parents, qui font que le Christ se fit homme.  Alors que Lucifer, Adam et Ève, chacun pour sa part, ont péché par jalousie, Saint Paul nous rappelle que Jésus ne retint pas jalousement… Il s’humilia comme aucun autre homme ne peut le faire.  Il le fit par amour pour Dieu son Père, par amour pour tous les hommes, et par obéissance à son Père. 

Jésus lui-même utilisa la parabole des vignerons infidèles pour exprimer son obéissance au Père.  Le propriétaire de la vigne
leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”

La réponse de Jésus à son Père, nous l’avons entendue dans l’extrait de l’Épître aux Hébreux :
‘Me voici, je suis venu pour faire ta volonté.’

C’est cette obéissance du Fils que nous célébrons aujourd’hui.  Jésus durant sa vie publique, sait de plus en plus clairement, que sa vie se terminera comme celle de tous les prophètes et messagers envoyés par Dieu à son Peuple.  C’est pourquoi il affirme, dans cette même parabole des vignerons :
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux :
“Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.

Jésus s’était incarné en vue de réconcilier l’humanité avec Dieu.  Mais très vite Il constate que le peuple refuse d’entendre ses enseignements.  Plus la mission de Jésus avance, plus Il témoigne de l’amour du Père pour chacun de nous, plus les chefs du Peuple s’opposent à Lui.  Et finalement ils vont décider de le faire mourir. 

Jésus s’en rend compte, et se demande pourquoi sa vie va tourner à l’échec.  Il mourra de la main des hommes, de ces hommes qui ne reçurent pas son message d’amour.  Lorsqu’Il monte à Jérusalem où Il sera arrêté, Jésus sait qu’il est condamné à mort.  Mais il avance tout de même, selon un autre texte de l’épître aux Hébreux :
Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit,
avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications
à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, …
Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance  (Hb 5,7…8)

L’histoire de l’Incarnation du Fils de Dieu avait tellement bien commencée.  L’ange envoyé à Marie reçut un OUI franc et plein de foi en l’action de Dieu.  Mais la vie de Jésus se termina sur la Croix, rejeté par son peuple et par le pouvoir romain. 

Aujourd’hui nous célébrons le début de cette grande Histoire, dans dix jours nous entrerons dans la Semaine Sainte qui nous rappellera, depuis les Rameaux de Dimanche jusqu’à la Passion de Vendredi Saint combien Dieu nous aime et veut nous sauver.  Préparons-nous à célébrer ce double mystère en demandant à Jésus dans cette Eucharistie de nous donner de l’accompagner dans sa Passion pour, à notre tour, ressusciter avec lui.

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2020 | Commentaires fermés sur Solennité de l’Annonciation du Seigneur

Coupure téléphonique et Internet

Bonjour.

Ce mardi 10 mars, pendant une partie de la journée, l’abbaye ne sera pas joignable par les moyens de communication. En effet, il nous faut changer le câble d’alimentation générale de l’hôtellerie. Cela impacte toutes les connexions avec l’extérieur, que ce soit par téléphone ou par Internet.

Image result for travaux sur internet

Veuillez prendre patience et renouveler vos appels ultérieurement. Tout devrait être revenu dans l’ordre dans l’après-midi.

Merci de votre compréhension.

Publié dans Actualites | Commentaires fermés sur Coupure téléphonique et Internet